fbpx

Une virée dans l'atelier de TiPii

Artisans verriers à Toulouse

Les artisans

     En ce samedi d’été, nous sommes allés rendre visite à Thibaut et Patricia dans leur atelier de verrerie artisanal dans le quartier de Fontaines-Lestang à Toulouse. Tous les deux originaires du Nord de la France, d’Alsace et de Normandie, ils se sont formés en verrerie en Lorraine après avoir passé un BAC en Arts Appliqués.

Thibaut s’est formé en soufflage de verre (voir ses créations : Créations-Thibaut).

Quant à Patricia (voir ses créations : Créations-Patricia) elle s’est dirigée vers la pâte de verre, cire et moulage.

     C’est en novembre 2017, après avoir travaillés pour d’autres verriers pendant plusieurs années, qu’ils ouvrent leur atelier à Toulouse afin de réaliser leurs propres collections. Ils créent ainsi un atelier mêlant verre soufflé et pâte de verre, en alliant leurs savoir-faire.

La visite chez les créateurs

     Agréablement accueillis par Patricia, nous voilà partis pour une virée des sens chez les verriers TiPii. En rentrant dans l’atelier c’est à la fois une vague de chaleur et de couleur qui nous prend et nous entraine dans leur univers. L’atmosphère chaude du lieu rajoute une dimension sensorielle à cette immersion chez l’artisan. Petite musique de fond, Thibaut est à l’œuvre, ses lunettes de soleil sur le nez, sa canne à la main, le voilà à manier l’outil avec dextérité et rapidité pour modeler le verre. Tel le père créateur, c’est comme un souffle de vie qu’il insuffle dans ses pièces en soufflant dans sa canne. Par ce souffle de création, un souffle court et puissant, il fait rentrer une bulle d’air dans le verre fondu et commence à lui donner vie. La chaleur dilate l’air qui fait à son tour gonfler le verre. Le souffleur alterne entre le four, où il puise le verre fondu et réchauffe la pièce afin d’améliorer sa malléabilité et son banc sur lequel il travaille la matière. C’est avec amour qu’on le voit travailler ses pièces et donner forme au verre initialement informe.

tipiiatelier

D’un côté se trouve l’atelier de soufflage de verre et de l’autre la partie exposition et vente des créations. De la conception à la fabrication, ils travaillent sur tous les aspects de leurs produits. Ce qui en sort est du 100% fait main et fabriqué à Toulouse. Chacune de leur série est réfléchie à l’avance. Entre praticité, design et poésie, leurs pièces sont uniques.

Jetez un œil à leurs collections : Collections-TiPii

Beaucoup comportent de la couleur. Tel le réalisme en peinture, des créations colorées viennent tromper l’œil en représentant le réel (Collections-Sculptures).

De multiples fioles en couleurs, vases, bouteilles et pots, tous aussi originales les uns que les autres colorent et enchantent le lieu (Collections-Déco).

Leur objectif

     En ouvrant leur atelier ce n’est pas seulement l’indépendance qu’ils cherchaient mais surtout faire connaitre le métier de verrier au public en le rendant accessible à tout un chacun. Par des ateliers d’initiations, petits et grands curieux peuvent venir découvrir tous les secrets que recèle le maniement du verre.

« L’objectif est d’accueillir du monde, de partager notre savoir-faire et de faire essayer aux gens afin qu’ils découvrent le métier de verrier. Nous souhaitons que les visiteurs aient un autre rapport au verre et qu’ils comprennent comment sont fabriqués les objets en verre. C’est aussi créer un relationnel avec les gens afin qu’ils viennent acheter des objets en verre de façon plus naturel, et non plus comme une visite touristique chez un artisan. On veut créer de la proximité avec les gens et que le verre fasse partie de leur quotidien, que cela devienne une normalité, autant que d’aller à la boulangerie. »

Le processus de création

     Le travail du verre est délicat et exigeant. La température doit être contrôlée et les changements de température minimisé pour éviter tout choc thermique. Le four avec lequel travail TiPii est réglé sur 1120°, allumé 24h/24 et 7j/7. Il n’est jamais éteint hormis pendant les vacances car son temps de chauffe est très long. Le temps de travail est donc précieux et les jours non travaillés sont des jours de chauffe perdus.

     Pour faire une réalisation, le verrier incorpore des galets de verre (matière première) dans le creuset, la partie basse du four, pour les faire fondre. Ensuite, avec sa canne, il commence par cueillir une masse de verre en fusion dans le creuset. D’un souffle bref il envoie de l’air dans le verre pour commencer à lui conférer du volume. L’artisan réalise ensuite un centrifugeage horizontal pour élargir sa pièce, ou bien vertical en effectuant des balanciers avec sa canne (comme des moulinets) afin d’appliquer une force centrifuge sur le verre pour qu’il s’allonge.

tipiiatelier

Pour commencer à travailler la forme de la pièce, l’artisan se munie d’une mouillette (journal plié et mouillé qu’il va tenir à une main). L’isolation thermique de cet outil permet d’être au plus proche de la pièce et de façonner directement le verre à la main, pour lui conférer sa forme première. Puis, à l’aide d’une mailloche, une grosse cuillère en bois mouillée, l’artisan va régulariser la surface de la pièce en la faisant rouler dedans. Cela permet aussi une répartition uniforme de l’air dans la matière. Les fruitiers sont le plus utilisés car les fibres sont plus denses et donc brûlent moins facilement.

tipiiatelier

     Une fois le premier côté de la pièce terminé, il ne reste plus qu’à travailler l’autre côté. Pour cela, il faut réaliser un transfert d’axe, c’est-à-dire que l’extrémité travaillée de la pièce va être rattachée à un pontil (canne pleine servant au transfert de la pièce déjà soufflée). La pièce est ensuite détachée de la première canne.

     C’est le moment de travailler le col de la pièce, l’évaser, l’allonger, où y souder d’autres éléments.

     Une fois le travail de modelage terminé, elle est signée et séparée du pontil pour être déposée dans l’arche de cuisson à 500° afin de cuire le verre et de le redescendre en température tout doucement pendant une nuit. Cette technique permet d’éviter tout choc thermique qui la fragiliserait.

Le jour suivant, il pourra sortir sa création en verre du four et l’exposer.

Envie d’en connaitre plus sur le métier de souffleur de verre, n’hésitez pas à aller leur rendre visite dans leur atelier, sur leur site internet tipii-atelier ou leur page Facebook facebook.com/tipiiatelier.

Autres articles

Catégories : Verre soufflé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.